The Rolling Girls

Titre : Rolling☆Girls
Réalisateur : Kotomi Deai
Scénariste : Yasuyuki Muto
Sudio : Wit studio
Année de production : 2015
Format : 12 épisodes de20 minutes chacun.
En France, la série est diffusée par Wakanim.
Deux adaptations mangas sont en cours : Rolling☆Girls et Ro~lling Gi~rls Inspiration x Traveler.

Résumé : Après « la Grande guerre du Japon », le Japon a été divisé en dix préfectures, chacune autonome et dirigé par un Mosa, doté de pouvoirs colossaux et d’une armée de Mob, de simple civil. Mais dix ans plus tard, des tensions commencent à apparaitre et la Mosa Maccha Green reçoit de plus en plus d’appel à l’aide d’autres préfectures. Lorsqu’elle se retrouve à l’hôpital, son amie d’enfance, Nozomi, décide de la remplacé. Accompagnée de Yukina, Ai et Chiaya, des jeunes filles rencontrées en route, elle entreprend donc de faire le tour du Japon à mobylette.

Avis : Rolling Girls, c’est LA bonne surprise de cette saison à mes yeux. Lorsque j’ai commencé le premier épisode, j’étais légèrement septique. Je ne comprenais pas trop le résumé (je ne suis pas très intelligent voyez-vous) et tous ces cœurs et ces paillettes me mettaient un peu mal à l’aise.

Il faut dire qu’à première vue, le design de Rolling Girls est très particulier. On dirait un peu des aquarelles et je me suis sérieusement demandé, en voyant ça pour la première fois, quel effet ça allait bien pouvoir donner sur le long terme, surtout associé avec un chara design, lui, plutôt classique. Et pourtant, malgré mes doutes, ça marche. Les paysages en aquarelle (ou peu importe ce que c’est) leur donne un effet irréel qui se mari à la perfection avec l’histoire complètement abracadabrante. En fait, c’est même presque comme si ça lui donnait plus d’importance. Et puis, finalement, on s’y habitue sacrément vite, à ce design un peu original, et il devient rapidement un point fort de la série.

Lors du premier épisode de Rolling Girls, je me souviens avoir dit à mon frère qui me demandait mon avis qu’il s’agissait d’un anime totalement loufoque, probablement le titre comique de ma liste d’hiver. Pourtant, j’ai dû rapidement me rendre à l’évidence, Rolling Girls peut peut-être donner l’impression d’être un simple anime comique mais il est beaucoup plus que ça. Dès le deuxième épisode, il prend en profondeur avec la décision de Nozomi de remplacer Maccha Green pendant sa convalescence, et ce qui ressemble au début à un road trip totalement improbable entre inconnues devient rapidement un voyage initiatique qui permettra à ces simples Mob de découvrir leur véritable valeur.

Rien qu’avec ça, on voit que l’anime n’est pas aussi bêtement drôle que pouvait le croire, alors imaginez ma surprise lorsque j’ai vu qu’en plus, les demandes d’aide faites à Maccha Green était on ne peut plus sérieuse et impliquaient souvent des valeurs importantes. Que ce soit la première, où la Mosa sur la retraite découvre qu’il y a plus important que son simple plaisir, ou par la suite où les personnages secondaires redécouvre les valeurs de l’amitié, de l’amour et autre foutaises, mine de rien importantes pour notre développement. En traitant avec beaucoup d’implication chaque demande, Nozomi et ses amies se redécouvre elles-mêmes et grandissent un peu plus à chaque fois, nous touchant de plus en plus.

Mais, avouons-le maintenant, la plus grande force de Rolling Girls, ce n’est pas son scénario ou son design, le point fort de Rolling Girls est indéniablement ses personnages. Je ne parlerais pas des secondaires, pourtant également très intéressant, mais avant tout de nos quatre protagonistes : Nozomi, Chiaya, Yukina et Ai. Chacune a ses défauts et ses qualités, mais elles ont surtout une grande force. Réunies plus ou moins par la force, elles vont lier des liens importants au cours du voyage et réussir à surpasser l’amitié aveugle que Nozomi porte à Masami, comme nous le montre bien le dernier épisode. À première vue, ces quatre filles n’ont rien de particulier. Elles sont mêmes plutôt en dessous de la moyenne. Elles n’ont aucun pouvoir, elles sont un peu maladroites, pas particulièrement fortes … mais elles ont une détermination qui annule facilement tout le reste, au point qu’après une première impression assez fade, ceux qui font appel à leur service leurs sont toujours reconnaissants. Elles sont loin d’être les meilleurs, mais c’est ce qui les rend attachantes et qui en font de fantastiques personnages principaux.

Par contre, et comme presque tous les anime que j’ai regardé la saison dernière, je me suis retrouvé à moitié en larme devant le dernier épisode. /!\SPOILER/!\ Il y a des animes dont le final nous fait pleurer parce que nos personnages préférés meurent, ou sont gravement blessés, et il y en a d’autres qui nous font pleurer simplement parce qu’ils sont terminés et qu’on ne veut pas que l’aventure s’arrête pour les personnages. Ici, ce fut le second cas. Ajouté à ça le fait que Chiaya rentre chez elle, le final a été un peu dur pour moi. Ce genre d’anime où une amitié se forme au fil des épisodes, on craint du début à la fin le moment où les chemins devront se séparer. Même si Chiaya rentre chez elle retrouver sa famille, c’est un peu comme si elle en perdait une autre, et ça m’a rendu vraiment triste. /!\SPOILER END/!\

Que dire d’autre pour terminer cette fiche qu’il ne faut décidément jamais s’arrêter à une première impression ? Rolling Girls, un anime que je recommande à tous. (Même aux fans mono-manic de mecha, y’en a un à la fin. Voui, je spoil, mais c’est mon site, je fais ce que je veux.)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site