Shiki

Titre : ShiKi
Mangakas : Fuyumi Ono & Ryu Fujisaki
Nb de tomes : 11 tomes (terminée)
Editeur : Shueisha
Prépublication : Jump SQ
Editeur, France : Kaze
Adaptation TV : 22 épisodes licencié par Kaze

Résumé : Sotoba est un petit village entouré par la forêt. Le genre de village que détestent Yuuki Natsuno, nouvellement arrivé, et Shimizu Megumi, qui rêve de la ville. Mais un jour de canicule, on découvre trois cadavres qui ne sont que le début d’une grande suite de mort où même les jeunes sont touchés … Quel est le secret derrière ses morts ?

Avis : Soyons honnête, je n’aime pas les animes et les mangas de vampire, ce n’est un secret pour personne. Dès que j’ai commencé un livre, un manga, un anime ou un film parlant de vampire, je n’ai pas tenu jusqu’à la moitié. Alors pourquoi diable est-ce que je vous parle de shiki aujourd’hui ? Non, ce n’est pas pour le descendre en flèche, ça me prendrait trop de faire une fiche pour dire tout le mal que je pense d’une série. Et oui, j’ai aimé Shiki ! Mieux, j’ai adoré, je suis devenu totalement fan ! Wahou … ça, ça fait un choc.

Mais analysons un peu ce anime/manga ensemble … Déjà, je commence par un spoil puisque je viens de vous révéler qu’il s’agissait de vampire. Mes plus sincères excuses mais je pense que tous ceux qui ont regardé l’anime ont très rapidement compris ce détail (en tout cas plus vite que les villageois pas très fins, avouons-le). Donc, les vampires … Les vampires c’est à la mode en ce moment, ça ne m’étonne donc pas tellement que ce manga qui date pourtant de 2007 (et c’est encore plus vieux pour le roman) soit adapté en anime maintenant … Mais les vampires ne font pas tout, la preuve, moi qui déteste les séries de vampire, je suis fan …

Parce que, oui, Shiki, ce n’est pas qu’une histoire de vampire dans un petit village de montagne ! Shiki, c’est bien plus que ça. Shiki, c’est un scénario qui vous fait bien ressentir la peur, la peine, le désespoir, l’impression de ne rien pouvoir faire. Très rapidement on comprend qu’on va, comme les personnages au courant de la magouille, être confronté à un choix. Va-t-on se ranger du côté des vampires, ou plutôt des Shiki comme ils préfèrent se faire appeler, ou du côté des humains ? Car il est difficile de trouver un clan au milieu.

Et les duo Natsuno-Toru et Ozaki-Seishin nous montre bien ça. Parce qu’une fois que chacun a fait son choix, y a-t-il encore une entente possible ? Y-a-t-il encore une amitié possible ? Excellente question, je vous laisse y répondre chacun de votre côté parce que, personnellement, j’avoue continuer à chercher la réponse étant donné que chaque « paire » nous offre une réponse différente, Ozaki préférant gueuler sur Seishin que chercher à le comprendre alors que Natsuno ne semble pas en vouloir à Toru pour ce qui se passe.

Parfois, je l’avoue sans honte, Shiki a aussi quelque chose de dérangeant. Non pas pour une question d’éthique mais parce qu’il est très difficile de prendre partie. Chaque « camp » tue pour sa survie alors au fond, comment leur en vouloir ? On comprend que les humains ne veuillent pas mourir même si, pour cela, ils doivent tuer les Shiki. Mais de leur côté, les Shiki ne tuent-t-ils pas aussi pour vivre ? Toru nous explique bien ça … Ils veulent tous résister au début mais … Est-ce que vous êtes capable de lutter contre la faim ? Ne pensez vous pas que, si vous enfermez un végétarien dans une pièce avec, comme seul nourriture, un poulet, il finira par oublier ses principes et manger la viande qu’on lui propose ?

La différence majeur entre les Shiki et les humains, c’est que les Shiki ne sont pas habités par le désir de tuer … Certes, ils tuent, nous sommes d’accord. Mais leur principal raison de tuer est la faim, ils tuent pour se nourrir (comme les hommes avec les animaux non ?) mais Nao-san nous montre aussi qu’ils ont parfois un second but, à savoir, permettre à leur proche de les rejoindre, d’acquérir la vie éternelle … Alors entre les humains qui tuent ceux qui étaient leurs proches et les Shiki qui gardent une âme (et, Toru nous le montre bien, on des remords, ce qui n’est pas le cas des humains), je n’ai pas mis longtemps à choisir un camp.

Ce que j’ai aimé dans Shiki, outres ses personnages attachants, c’est qu’ils nous montrent combien une personne désespérée peut aller loin et oublier, non seulement tout ce en quoi elle croyait, mais aussi l’amitié qu’elle portait aux autres … Triste … On se prend vraiment pour les maîtres du monde parfois. Je me demande si les humains de Sotoba n’aurait pas réagit comme les Shiki si leur volaille avait brusquement décidé de se rebeller …

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site