Qualidea Code

Titre : Qualidea Code
Réalisateur : Kawamura Kenichi
Studio : A-1 Pictures
Année de production : 2016
Format : 12 épisodes de 25 minutes environ
En France, l’anime est diffusé par Wakanim.
L’anime Qualidea Code fait partie d’un projet réunissant cinq éditeurs qui ont regroupé trois auteurs de Light Novel qui se sont chacun penché sur un duo de personnages.

Résumé : Alors que l’humanité était en train de perdre une guerre contre des ennemis baptisés « Unkown », elle choisit de congeler ses enfants pour les protéger. Ils sont réveillés des années plus tard et découvre qu’ils ont développé des capacités spéciales, que l’on appelle « Monde ».  Avec l’aide de leur Monde, certains enfants vont donc se battre contre les Unkown pour protéger ce qui reste du Japon, depuis les postes de défense de Tokyo, Kanagawa et Chiba.

Avis : Je ne sais franchement pas quoi penser de Qualidea Code. Je ne savais même pas si je voulais en faire une fiche. Je me suis demandé si ça valait le coup, puisque je n’arrivais vraiment pas à me faire un avis. L’anime partait vraiment bien, puis il s’est un peu éparpillé, puis il m’a de nouveau intéressé avant de me laisser perplexe une nouvelle fois. Non, franchement, Qualidea Code me frustre énormément. Je voulais vraiment l’apprécier mais j’ai beau y réfléchir, je n’arrive décidément pas à me faire un avis réel … Essayons néanmoins …

Comme je l’ai dit plus haut, au démarrage, j’ai vraiment pensé que Qualidea Code pourrait être l’un des animes de la saison. Certes, le scénario n’était pas d’une originalité folle (j’ai d’ailleurs souvent pensé à Black Bullet durant la diffusion), mais ça avait déjà fait ses preuves et j’avoue aimer les histoires où les enfants se battent en étant plus ou moins livré à eux-mêmes. Car même s’il y a des adultes dans le monde de Qualidea Code, et même des figures parentales, ils sont avant tout là pour donner des ordres et les personnages ont plus ou moins été abandonnés par leurs parents (même si ce n’est pas par choix).

Rapidement, toutefois, le premier duo sur lequel se centre l’anime (Canaria et Suzaku) m’a tapé sur les nerfs et donné envie d’abandonner la série. Canaria était beaucoup trop mignonne et gentille et toujours de bonne humeur (donc insupportable) et Suzaku me paraissait tellement cliché, avec son côté « je suis un héros et je n’ai besoin de personne ». De ce que j’ai pu en voir, Suzaku est un tsundere (comme le prouve notamment le moment où il va à l’hôpital voir l’un de ses hommes), mais sans le côté touchant et timide qui fait qu’on les apprécie habituellement. Il est maladroit, certes, pas suffisamment pour que je ressente la même chose qu’avec les autres tsundere. Là, il m’a juste donné envie de le frapper en lui disant « grandit et soigne ton sister complex ! »

L’épisode 4 et /!\SPOILER/!\ la mort de Canaria /!\SPOILER END/!\ m’ont redonné envie de me consacrer à cet anime, que j’avais visiblement jugé trop rapidement et qui était finalement plus sérieux qu’il n’en avait l’air.  J’ai vu beaucoup de critique sur Wakanim, de gens trouvant que /!\SPOILER/!\ tuer un personnage principal aussi tôt était stupide /!\SPOILER END/!\ mais j’avoue ne pas avoir été d’accord. Pour moi, cet acte montrait au contraire que tout pouvait arriver et m’a vraiment donné envie de voir comment les choses allaient avancer à partir de là, comment les personnages allaient évoluer après ce qui s’était passé.

On revient donc à une phase où j’ai de nouveau vraiment accroché à la série et que j’ai trouvée intéressante. En plus de cela, on quittait enfin le couple Canaria/Suzaku pour se centrer sur mon personnage préféré, Maihime, et son acolyte Hotaru. Depuis le début, Hime était le personnage auquel j’ai le plus accroché. Elle a un côté très fou (d’ailleurs Suzaku la surnomme « la folle » si mes souvenirs sont bons), mais une puissance exceptionnelle et on réalise rapidement qu’elle est également très forte pour galvaniser les troupes. À un certain moment, elle m’a fait penser à Kasamatsu de Kuroko’s Basket, un personnage qui, lorsqu’il est blessé, sait qu’il doit avant tout se montrer fort pour les autres, parce que si le chef se laisse aller à désespérer, comment pourrait-il penser que les autres vont continuer ? Hime, c’est vraiment cette dévotion à la cause et aux autres, prête à s’oublier pour protéger ceux qu’elle aime. Et heureusement, elle a près d’elle Hotaru qui est prête à faire la même chose pour elle. /!\SPOILER/!\ Inutile de dire que, même si à ce moment on se doute qu’il y a aiguille sous roche, leur disparition m’a mis un coup. /!\SPOILER END/!\

La partie suivante a probablement été ma préférée, toute l’enquête de Kasumi à propos du combat et des manipulations dont ils pensent que les adolescents sont victimes, surtout que la fratrie Chigusa m’a beaucoup plus également. C’est assez paradoxal mais j’ai plus ou moins apprécié chez Asuha et Kasumi ce qui m’énervait chez Suzaku. Le brother complexe d’Asuha ne m’a absolument pas dérangé, je le trouvais même plutôt touchant en fait. J’ai aussi bien apprécié le côté très peu doué avec les gens de Kasumi et le fait qu’il se prenne systématiquement des piques de la part de sa sœur. Je ne sais pas pourquoi ça m’a moins agacé de leur part que de celle de Suzaku, peut-être parce qu’il n’y avait pas le côté très prétentieux autour d’eux deux, tout bêtement.

Quoi qu’il en soit, si tout l’arc centré sur les Chigusa et l’enquête de Kasumi m’a particulièrement plu, j’ai beaucoup regretté les révélations qu’il a apportées et qui m’ont, définitivement, fait me demander ce que les scénaristes avaient fumé. Je ne peux pas en dire trop sans spoiler (je le ferais légèrement pour les curieux par la suite), mais, même si je le voyais venir depuis un petit moment, j’ai trouvé le retournement de situation tiré par les cheveux, dans le plus mauvais sens du terme. Certes, pourquoi pas et puis, bon, c’était assez logique, mais pour une raison que je ne m’explique pas, ça m’a complètement détruit mon immersion dans la série et ça a recommencé à me barber. J’ai continué jusqu’au bout pour les duos de Chiba et de Kanagawa, mais sans grand intérêt, alors que les précédents épisodes m’avaient vraiment plu.

/!\SPOILER/!\ Mais bon, apprendre que les enfants étaient en fait manipulé par les Unknows depuis le début et qu’ils se battaient contre les humains qu’il restait … J’avais beau le voir venir depuis un petit moment déjà, ça m’a juste agacé. Peut-être parce que je m’étais attaché aux deux adultes, peut-être parce que je trouvais que le camp des humains, et notamment la mère Chigusa, n’était pas très clair, peut-être même moins que les Unknows, /!\SPOILER END/!\ en tout cas, je me suis retrouvé un peu comme à la fin de Gunslinger Stratos, à me dire « Pardon ? » et « J’ai suivi tout ça jusque-là pour ça en fait ? » ce qui, croyait moi, est rarement bon signe lorsque l’on regarde un anime (ou que l’on lit un livre, ou quoi que ce soit en fait).

Pour finir, parlons un peu du thème … Même si c’était assez logique puisqu’on changeait quasiment d’arc scénaristique à ce moment-là, j’ai trouvé dommage de changer l’opening en plein milieu, surtout que je préférais le précédent. En revanche, j’ai bien aimé l’idée que chaque duo ait son propre générique de fin, même si celui des Chigusa durent un peu trop longtemps, les épisodes 10, 11 et 12 étant plus centrés sur tous les personnages qu’uniquement eux. (Il me semble en tout cas que c’est toujours le même ending que pour leur arc scénaristiques, mais je peux me tromper et comme je ne peux plus regarder les épisodes grâce à la nouvelle technique de Wakanim …)

Verdict … et bien, comme je le disais au début, j’avoue ne pas trop savoir quoi dire de Qualidea Code. Bon anime ? Grosse déception ? Au final, je pense que j’en avais dit lors du simucast est assez vrai … mitigé.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site