Le shônen : Qu'est ce que c'est

Le shônen

Explication globale : Comme on pouvait s’y attendre, shônen signifie littéralement « jeune garçon » et il s’agit d’un genre que l’on destine généralement à un public masculin. Comme pour les shôjo, les shônen sont victimes d’un certain nombre d’idées reçues. On s’imagine par exemple que les shônen sont remplis de scènes de violence gratuite, ce qui est faux puisque, dans la majorité des cas, ces scènes s’inscrivent dans une logique de l’histoire (que j’expliquerais plus bas). Dans ma grandeur (u_u), je ne connais correctement que trois sous-genres du shônen, n’hésitez pas à en évoquer d’autres dans les commentaires.

Différentes catégories :

Nekketsu : Littéralement « sang brûlant », ces mangas mettent en scène des héros défendant des valeurs traditionnelles telles que l’amitié, le courage et le dépassement de soi. Nous retrouvons ainsi nos scènes de violences dans ce genre en particulier, où les combats impliquent le prolongement de ses valeurs et la victoire du bien sur le mal (je caricature bien sûr). Le héros devra bien souvent poursuivre une quête, qui va le pousser à mûrir, en étant entouré d’amis.
Exemple de Nekketsu : Black cat de Kentaro Yabuki

Sport : Tout bêtement des mangas de sport. J'ai longtemps été tenté de les ranger avec le Nekketsu parce que les thèmes sont sensiblement les mêmes : dépasser ses propres limites grâce à l'amitié, au courage et au travail, dans le but de réussir une quête (bien souvent gagner les nationales).
Exemple de Sport : Slam Dunk de Takehiko Inoue

Pantsu : Le terme vient de mot anglais « pants », la culotte. Niveau inférieur du ecchi, ce genre met en scène un héros masculin, généralement pervers ou ayant du mal avec les filles (c’est mieux, hein) qui se retrouve plongé dans un univers féminin. Il s’agit de comédies romantiques et le terme inclus également les mangas harem.
Exemple de Pantsu : Love hina de Ken Akamatsu

Thriller : Est-il vraiment utile de présenter ce genre international ? Comme pour les films, les mangas thriller mettent en scène un groupe de personnages qui se retrouvent dans une situation oppressante, dans laquelle ils vont devoir se tout mettre en œuvre pour sortir vivant.
Exemple de thriller : Doubt de Yoshiki Tonogai

Tranche de vie : Ces mangas racontent bien souvent la vie quotidienne d’un groupe d’adolescent. Il ne s’agit pas ici de fantastique mais simplement de passer un moment de détente.
Exemple de tranche de vie : Kimi to boku de Hotta Kiichi

Je sais que je n’en donne pas l’impression, mais j’apprécie les shonen, à partir du moment où ils sont bien menés. Ce que je leur reproche, c’est d’être bien souvent long sans raison, et de ce fait répétitif. Je m’énerve aussi souvent de la bêtise des méchants ou de l’irréalisme des combats. C’est pour cette raison que, généralement, je ne lis pas lorsque que ça fait plus de 20 tomes et je ne connais donc pas les grands classiques (et je suis anti-Naruto). Mes préférés sont les thrillers souvent bien développés mais en même temps assez cours, et les tranches de vie, doux et agréable entre deux épisodes de Gundam.

Commentaires (2)

1. anti-naruto ? 21/09/2011

je n'aime pas du tout le manga naruto mais moi je ne susi pas anti-naruto ca ne se faiut pas d'etre anti un manga >< (mais je deteste quand même naruto)

2. Makoto 22/09/2011

Exact, faut pas, mais y'a des fois où c'est plus fort que toi, tu ne peux pas faire autrement. Je suis allergique à Naruto comme je le suis à fruits basket, c'est physique XD
C'est mal mais j'assume :p

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site