ElDlive

Titre : élDLIVE
Studio : Studio Pierrot
Année de production : 2017
Format : 12 épisodes de 23 minutes.
Il s’agit de l’adaptation du manga de Akira Amano.
En France, l’anime est diffusé par ADN.

Résumé : Chûta Kokonose est un jeune garçon ayant beaucoup de mal à se faire des amis. En effet, même s’il est gentil, son habitude à parler tout seul à tendance à faire fuir les gens qui l’entoure. Pourtant, il ne le fait pas exprès, c’est simplement qu’il entend constamment une petite voix, qui ne se manifeste qu’à lui. Cette particularité, qu’il avait toujours regardée comme un handicap, se révèle pourtant bien utile le jour où on lui annonce qu’il a été choisi pour faire partie d’élDLIVE, la police de l’espace.

Avis : Nous sommes ici devant un pur shōnen comme on en a avait dans les années 2000. Un adolescent un peu benêt promis à un grand avenir qui progressera et s’acceptera grâce à la difficulté les situations auxquels il est confronté. En d’autres termes, il y avait peu de chance que j’apprécie élDLIVE et j’avoue ne pas savoir moi-même pourquoi je l’ai regardé … Mon côté fan de Stargate je suppose …

Pourtant, cet anime est plein d’excellentes idées. Que ce soit la police de l’espace ou les SPH, j’ai trouvé les idées de ce manga vraiment original. Jusqu’à présent, les titres visant un public adolescent avaient rarement eu un personnage principal membre des forces de l’ordre, que ce soit sur notre terre ou dans l’espace. On leur préférait des personnages un peu voyous, pensant sans doute que les jeunes auraient plus de facilité à s’y identifier. En cela, j’ai apprécié élDLIVE, et je dois également avouer que j’aime bien l’idée que le héros sauve le monde en parti parce que c’est son boulot. Quant au principe des SPH, j’avoue que je n’ai pas trop compris, mais j’avoue avoir trouvé amusant que des sortes de … phéromones fassent naître chez certaines personnes des pouvoirs « surnaturels ».

Après, cela n’empêche pas l’anime d’être plein de stéréotype. Je ne m’attarderais pas sur le fait que les aliens parlent un japonais parfait, même si ça me surprendra toujours, mais par exemple, pourquoi est-ce que, comme par hasard, tous les cas importants de nos héros se passent sur la terre ? S’il n’y avait que des terriers encore, je comprendrais, mais le chef d’équipe est Chips, qui est tout sauf terrien. J’ai été déçu de ne pas voir Chûta visiter d’autres planètes et découvrir les mœurs d’extraterrestre. Je sais que ce n’est pas le but de cette histoire, mais j’aurais trouvé ça intéressant. De même, je trouve le nombre d’aliens à l’apparence humaine (anthropomorphique c’est ça ?) assez impressionnant. Certes, le Jean Rnoir est plein de membres d’élDLIVE au physique divers, mais justement. S’il y a autant de possibilité et qu’en prenant deux planètes différents, on n’aura jamais la même apparence, pourquoi autant sont humanisés ? Je comprends que ce soit plus simple pour les faire enquêter sur la terre, mais là encore, j’ai été très déçu.

Pour le personnage principal, j’aurais les mêmes reproches à lui faire qu’à Deko de My Hero Academia. Il passe son temps à geindre parce qu’il se sent impuissant et je l’ai trouvé particulièrement casse pied. Je peux comprendre qu’avec son passé, il soit un peu porté sur l’autoflagellation mais à un moment, ça devint réellement lourd. Surtout que chaque fois qu’il prend un peu confiance en lui, quelqu’un (Sonokata …) ou quelque chose revient pour lui saper le moral. Et puis d’ailleurs, son passé parlons-en ! Est-ce qu’on était obligé de lui faire un traumatisme d’enfance ? Je comprends que ça peut forger un caractère, mais à un moment ça devient juste lourd. Est-ce qu’avoir une enfance malheureuse est forcément nécessaire pour devenir un héros ? Un jour, j’aimerais bien voir un personnage ayant eu une super vie pour changer, tient. Parce que là, shōnen ou comics, même combat. Il faudra dire aux auteurs qu’un personnage peut être intéressant sans avoir un passé déprimant.

Quant à l’autre personnage principal, Sonokata (bon, en fait ça serait plutôt Dolugh l’autre personnage principal, mais il n’y a pas grand-chose à dire sur lui … Son physique m’a un peu fait penser à Kyuubei de Madoka, mais à part ça …), elle a également réussi à me taper sur le système. Dès le début, je n’ai pas compris qu’elle ait à ce point une dent contre Chûta. Certes, elle estime que c’est un pervers mais, déjà c’est plus ou moins de son âge de penser aux seins des filles, et puis est-ce que ça fait de lui quelqu’un qui mérite de se prendre des injures à longueur de journée ? Au début, j’ai cru qu’il y avait peut-être un raison profonde à cette haine, mais en fait, rien. Sonokata est juste une petite chieuse qui ne supporte pas de ne pas être au centre de l’attention, c’est en tout cas l’impression qu’elle m’a donné tout du long. Et franchement, d’avoir ces deux-là en duo principal est vraiment triste, car j’ai trouvé tous les personnages secondaires excellents. élDLIVE, c’est une myriade de personnages attachants, qui a choisi les pires possibles pour tenir le scénarios …

Sinon, que dire à part qu’on accumule les clichés ? Pour vous donner une idée, j’arrivais à peu près à deviner ce qui allait se passer dans les épisodes au fur et à mesure, tellement tout est convenu. /!\SPOILER/!\ Sauf, peut-être, que le pote que Chûta chez Demille était en fait un agent double. Je les imaginais plus se déchirer. /!\SPOILER END/!\ Après, si c’est ce qui plait, je suppose que je n’ai qu’à me taire et vivre avec. Après tout, rien ni personne ne m’oblige à regarder. Sans compter que, comme je l’ai dit au début, il y a malgré tout plein de bonnes idées.

À recommander principalement aux amateurs de Nekketsu.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site