DAYS

Titre : DAYS
Réalisateur : Kounosuke Uda
Studio : MAPPA
Année de production : 2016
Format : 24 épisodes de 20 minutes environ.
Il s’agit d’une adaptation du manga de Tsuyoshi Yasuda (inédit en France).
En France, l’anime est diffusé par ADN.
Une saison deux est prévu. Deux OAV sont également prévus, ils seront offert avec les éditions limités des tomes 21 et 22 du manga au Japon.

Résumé : En entrant au lycée, Tsukamoto rencontre Kazama qui lui fait découvrir le football. Tsukamoto décide donc de suivre son nouvel ami dans le club de football de l’école, mais le club de Seiseiki est connu pour être très dur et si Kazama est un petit prodige, Tsukamoto a beaucoup de mal à suivre le rythme. Ce qui ne l’empêche pas de donner tout ce qu’il a, en espérant que cela sera utile à l’équipe …

Avis : Étrangement, malgré le thème de DAYS et le fait que le football soit omniprésent, j’ai plus pris cet anime comme un Slice of life que comme un manga sportif. D’après moi, il peut facilement se classer dans les deux catégories. En effet, DAYS est clairement un manga sportif mais son rythme parfois un peu lent (qui lui a été souvent reproché) lui donne également un peu côté Slice of life, dans lequel le temps et les évolutions des personnages se fait doucement, comme dans la vraie vie.

En effet, le reproche que j’ai le plus vu à propos de DAYS est que le personnage principal, Tsukamoto, est inutile et ne progresse pas assez vite. C’est sans doute vite. À la fin de cette première saison, même s’il a fait des progrès, il reste malgré tout un débutant. Mais en même temps, est-ce qu’on peut vraiment le lui reprocher ? Quelques mois plus tôt, il n’avait jamais joué au football de sa vie, forcément, il ne va pas devenir le meilleur joueur de l’équipe en quelques mois. Alors, certes, il peut être agaçant de le voir pédaler dans la semoule et mettre très longtemps pour réaliser ses lacunes (presque la moitié de la saison pour comprendre que le foot, ça ne se résume pas juste à courir comme un petit chien d’un bout à l’autre du terrain quand même, c’est un peu long, j’avoue), mais c’est plutôt logique et j’avoue que, personnellement, c’est le contraire qui m’énerve généralement dans les animes de sport, les personnages à qui il ne faut que quelques semaines pour assurer. Je trouve ça frustrant au possible, surtout quand c’est un sport que je pratique et dans lequel je suis mauvais.

De plus, même si le personnage de Tsukamoto est, objectivement, mauvais, il est malgré tout un moteur important de Seiseiki, et on le voit en effet aussi souvent encourager l’équipe que jouer. Parfois, être capable d’insuffler la force aux autres est plus important que d’en être soi-même doté, et je pense que, juste pour ça, Tsukamoto est un personnage important pour l’équipe.

Tant qu’on est dans les personnages, j’ai regretté que, comme bien trop souvent dans les animes sportifs, les personnages féminins soient presque des personnages de figuration. J’ai été content de voir le personnage d’Ubukata, qui refuse de se laisser marcher sur les pieds, mais j’ai trouvé l’amie d’enfance de Tsukamoto cliché au possible, en plus d’être totalement transparente. Je ne sais même pas si on peut dire qu’elle joue le rôle d’amoureuse transi, elle est tellement peu présente qu’à chaque fois qu’elle apparait à l’écran, il me faut un petit moment pour me souvent de qui elle est. Lors de sa première apparition, j’ai cru que la mère de Tsukamoto allait aussi équilibrer un peu les choses, mais, en fait, je me demande parfois si c’est un véritable personnage ou juste un esprit qui se balade par là …

Pour le reste, j’ai trouvé les personnages très intéressants. J’avoue que les personnages sont souvent la principale raison que j’ai de regarder un anime sportif, ils sont généralement tellement étranges qu’on ne peut que s’amuser. Peut-être que je ne regarde pas assez d’anime sportif (ce n’est pas mon genre préféré) mais j’ai trouvé qu’on ne tombait pas trop dans les clichés. Au début, j’ai cru que Mizuki allait être le capitaine badass et sans faille qu’on a bien trop souvent, mais il m’a vite rassuré en sortant des mots et expressions qu’il était le seul à comprendre. C’est un détail tout bête mais je trouve que ça rend le personnage bien plus sympathique.

J’ai malgré tout trouvé dommage qu’on ne connaisse pas au moins le nom de tous les titulaires. On connait tellement de personnage du club que j’étais toujours surpris lorsque, au beau milieu d’un match, je repérais un personnage dont on n’avait jamais parlé avant. Ce n’est même pas une histoire de s’attacher à eux ou quoi que ce soit, j’ai juste eu l’impression que pour le moment, ils étaient totalement inutiles et j’ai trouvé ça un peu triste pour eux. C’est normal de ne pas avoir que des génies dans l’équipe mais là, on avait l’impression que, pour le coup, ils n’étaient là que pour avoir le bon nombre de joueur. Pas très cool pour eux.

Pour rester dans les points négatifs, et je pense que je ne suis pas le seul à m’être fait la réflexion, mais j’ai très peu joué au foot et j’avoue ne pas être très au courant des règles, mais je crois que j’ai rarement vu autant de faute commise pendant des matchs que dans cet anime. Faute non sifflée, je précise. J’ai halluciné pendant chaque match en voyant les tirages de maillot que l’arbitre semblait trouver parfaitement normal puisqu’il ne disait rien. Par contre, /!\SPOILER/!\ quand Mizuki tire le maillot d’un joueur pour lui éviter de fracasser la tête d’un de ces joueurs, il a un carton jaune ? /!\SPOILER END/!\ Sérieusement ? Il regarde ce qui se passe devant lui ou pas ? J’ai notamment halluciné lors d’un des matchs, lorsque trois joueurs agressent littéralement Mizuki sans avoir aucune sanction. C’est un détail qui m’a littéralement fait dresser les cheveux sur la tête, honnêtement.

Bon, un petit détail pour finir avec le négatif, mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux équipes adverses. C’est sans doute tout bête et peu important, mais j’aime être triste pour l’équipe adverse lorsqu’elle perd. Dans Kuroko par exemple, je regarde les matchs de Kaijo avec plus d’entrain que les matchs de l’équipe principale. Dans Prince of Tennis, j’adorais Hyoutei au moins autant que Seigaku. (D’ailleurs, en regardant DAYS, je me suis demandé s’ils avaient une charte pour le nom des équipes parce que sur les trois animes de sport que je regarde, toutes les équipes principales commencent parce « Sei » …)

Néanmoins, malgré des fautes à profusion et pas beaucoup d’empathie pour les équipes d’en face, les matchs sont vraiment dynamiques et donnent vraiment envie de se mettre au foot. J’aime également beaucoup l’esprit qui règle dans les différentes équipes. D’ailleurs, l’un de mes passages préférés de l’anime a été lorsque Mizuki, avant un match, dit à l’équipe « jouez égoïstement, j’assume la responsabilité », comme pour leur dire « faites-vous plaisir, c’est le plus important. » Car si j’adore le sport, j’avoue ne pas avoir assez l’esprit de compétition pour pratiquer en club en général. J’aime gagner bien sûr, mais je trouve tellement mieux de juste s’amuser, même si on perd … Après, j’ai peut-être juste mal interprété ce que disait Mizuki.

Bref, un anime très sympathique, même si je peux comprendre que le fait que le personnage principal évolue lentement puisse rebuter …

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site