Assassination Classroom : Saison 2

Titre : Assassination Classaroom – Saison 2
Réalisateur : Seiji Kishi
Scénariste : Makoto Uezo
Studio : Lerche
Année de production : 2016
Format : 25 épisodes de 25 minutes chacun.
En France, l’anime est licencié par ADN (simucast) et Kana Home Video (DVD).
Il s’agit de l’adaptation du manga de Yūsei Matsui, paru en France chez Kana.

/!\ Attention, cette fiche contiendra des spoiler sur la saison 1, et donc sur les neuf premiers tomes du mangas (environ).

Résumé : Le second semestre commence pour les élèves de la classe E, et avec lui le rappel que la moitié du temps qui leur était alloué pour assassiner Koro sensei est à présent derrière. Inutile de dire que cette fin d’année ne sera pas de tout repos.

Note : Au moment où j’ai rédigé la critique du manga, le tome 10 venait juste de sortir et la première saison n’était pas encore terminée. Je ne savais donc rien de la deuxième moitié du manga et de la fin de ce qui est devenu, au fil du temps, l’un de mes mangas et anime préférés. Maintenant que l’anime est terminé, je voulais revenir sur cette deuxième moitié de la série. Évidemment, tout ce que je disais dans la critique du manga reste vrai et je ne reviendrais donc pas dessus. Cette critique est aussi, plus ou moins, celle de la fin du manga. Certes, l’anime n’est pas complet et ils manquent certaines scènes, et c’est pour cela que cette fiche s’appelle « Assassination Classroom Saison 2 » et pas « Assassination Classroom, fin du manga. »

Avis : La saison deux d’AssClass, ça a été une grosse claque. Ça a commencé tellement doucement que lorsque sont arrivés /!\SPOILER/!\ l’affrontement avec le Dieu de la mort et les révélations sur Koro /!\SPOILER END/!\, je n’étais pas prêt du tout. Bien sûr, je savais que ça allait arriver, cela faisait plusieurs tomes que l’on nous préparait, à l’un comme à l’autre, mais je ne pensais pas que ça arriverait si vite. En plus j’ai réfléchi et je me suis dit « en fait, c’est logique … la fin de l’année approche … » et j’ai eu un petit coup. Comme les élèves de la classe E, je ne voulais pas que cette année avec Koro sensei se termine.

Je crois que la partie qui m’a le plus choqué lors de cette saison a été /!\SPOILER/!\ celle où l’on découvre la vérité sur Kayano. Depuis le début, je prenais Kayano pour un faire-valoir. Elle était un peu le love interest désigné de Nagisa et c’était, à mes yeux, sa seule fonction. La voir aussi indépendante et forte m’a surpris, en bien et m’a fait apprécier ce personnage que, jusque-là, j’avais un peu de mal à supporter (et c’était d’ailleurs la seule). Même si, par la suite, elle redevient plus simplement « la fille qui a le béguin pour Nagisa », j’ai trouvé que c’était traité d’une façon attendrissante, notamment le moment où elle renonce à lui avouer ses sentiments, pas par manque de courage mais parce qu’elle comprend que ce n’est pas de ça dont Nagisa a besoin pour le moment. /!\SPOILER END/!\

J’ai également beaucoup aimé la partie centrée sur le directeur Asano. J’avoue que cela faisait un petit moment que je me disais qu’une personne ne pouvait pas être naturellement aussi mauvaise, mais le flash-back m’a vraiment beaucoup touché. Je continue de trouver la méthode du directeur proprement misérable et honteuse, mais je comprends un peu mieux sa pédagogie, même si je ne suis pas d’accord avec lui. J’ai beaucoup aimé, en tout cas, que Koro sensei aide jusqu’au proviseur, pourtant réfractaire à sa façon d’enseigner. L’un de mes passages préférés de cette saison a sans doute été le moment où le directeur vient trouver Koro pour lui dire qu’il « passera de temps en temps pour tenter de [l’] assassiner ». C’était mignon.

Un autre aspect de cette saison que j’ai beaucoup aimé se présente dans l’épisode 17, et même s’il est situé assez loin dans la saison, je ne pense pas que des balises spoiler soit nécessaire pour l’évoquer (je ne rentrerais pas dans les détails), car c’est quelque chose que l’on voyait tous arriver. Après neuf mois passé à suivre les enseignements de Koro sensei, il paraissait normal qu’à un moment où un autre, certains élèves se soient profondément attachés à lui au point de ne plus vouloir le tuer. Tout comme il est normal que d’autres s’attachent à cet assassinat, qui est leur lien le plus profond avec leur professeur. Cet affrontement entre les deux façons de voir les choses, je l’attendais depuis longtemps et j’avais un peu peur de la façon dont il serait traité. Il a finalement, de mon point de vue, totalement tenu ses promesses. J’ai notamment beaucoup aimé que, pendant l’affrontement final entre les leaders des deux camps, certains s’interrogent sur la place qu’ils avaient choisie dans cette bataille d’idées.

Mais oublions au plus vite l’étrange épisode 19 dans l’espace (ceci n’a jamais eu lieu, ceci n’a jamais eu lieu …) pour nous pencher sur le final. Je ne rentrerais pas dans les détails pour ceux qui n’ont pas vu la fin, car je trouve plus intéressant de ne pas cacher cela en spoiler. Disons simplement que les derniers épisodes, même si l’on s’y attendait un peu, ont été à la fois la réalisation d’une promesse et une grande surprise. Visiblement, tout le monde n’a pas apprécié de la même manière l’avant dernier épisode. Personnellement, je fais partie du camp qui a versé quelques larmes parce que cette « fin » (techniquement, il reste un épisode) correspond totalement à l’enseignement de Koro. Plus que triste, j’ai été touché par ce final.

Quant au dernier épisode, il aura réussi à me tirer des larmes, moi qui pensais que le précédent les avait asséchés. Ce n’est pas la fin que j’avais imaginé, c’est mieux. Et du début à la fin, Assassination Classroom m’aura énormément touché.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site