Le pacte des yôkai

 Titre : Le pacte des yôkai
Titre original : Natsume yûjinchô
Mangaka : Yuki Midorikawa
Nombre de tomes, Japon : 20 tomes
Nombre de tomes, France : 16 tomes
(Sortie du prochain tome prévu pour le 06.07.16.)
Éditeur, Japon : Hakusensha
Éditeur, France : Delcourt
Adaptation TV : 4 saison de 13 épisodes (non licenciés)

 

Résumé : Depuis qu’il est petit, Natsume Takashi est capable de voir des choses que personne d’autre ne voit. Cette capacité lui a bien longtemps rendu la vie difficile, le mettant à l’écart des autres enfants et l’obligeant à changer de famille d’accueil fréquemment depuis la mort de ses parents, ceux s’occupant de le trouvant souvent trop étrange. Aussi, en s’installant dans sa nouvelle famille, Natsume est déterminé à se conduire comme n’importe quel enfant. Mais la découverte d’un carnet ayant appartenu à sa grand-mère va peut-être bouleverser ses plans.

Avis : Natsume Yuujinchou fait partie de ces mangas que je cite toujours avec des étoiles dans les yeux lorsque les gens me demandent des conseils de lecture, et ce depuis la toute première fois où j’en ai ouvert un volume.

J’aime énormément le folklore japonais que je trouve réellement passionnant, et les yôkai font partie des créatures qui me captivent. Qu’elles soient gentilles ou démoniaques, elles semblent ancrées dans notre vie quotidienne sans que nous le sachions et Natsume yuujinchou profite vraiment de cela. On rencontre toute sorte de yôkai, certains qui souhaitent dévorer Natsume et lui subtiliser du même coup le carnet d’amis, d’autres qui viennent lui demander son aide et enfin certains prêts à l’aider en toute circonstance. Cette flopé de créature qu’il est le seul à voir rende sa vie à la fois impossible et plus intéressante.

Notre héros, Natsume, est, en outre, un personnage que je trouve formidable, que ce soit par sa gentillesse ou son côté un peu candide. Le fait qu’il ait été rejeté tout au long de son enfance fait qu’il est, au début, un véritable débutant en matière d’amitié. Le voir grandir et s’ouvrir aux gens tout au long des volumes est probablement l’un des aspects de l’histoire que je préfère. Du Natsume du premier chapitre qui évite de parler aux gens à celui du tome 14 qui a des amis fidèles, il y a comme un gouffre que j’aime le voir franchir, pas après pas. Et il reste malgré tout incapable d’ouvrir complètement son cœur, ayant toujours peur d’inquiéter son entourage.

Le trait doux et léger de Midorikawa-sensei rend à la perfection la poésie qui se dégage des différentes histoires et la magie du manga en général, si bien que c’est un véritable plaisir de se replonger dans les illustrations ou simplement de regarder les couvertures.

Mais malgré les intrigues souvent sérieuses dans lesquels Natsume risque parfois sa vie, voir celle des gens qu’il aime, on ne tombe jamais dans le mélodrame et même les moments tristes parviennent à nous toucher sans pour autant nous déprimer. Le facteur Nyanko-sensei (ou Maître Griffou en VF) y est probablement pour quelque chose, le petit chat de garde apportant souvent une touche comique aux histoires avec son goût pour le sake ou ses remarques percutantes … Les deux camarades de classe de Natsume (Kitamoto et Nishimura) ne sont cependant pas en reste …

Évidemment, certains pourront regretter qu’il n’y ait pas plus d’action car même s’il arrive que Natsume et ses amis soient dans une situation compliquée, ce n’est généralement pas pour autant que l’histoire va se transformer en une sorte de Naruto, plein de combats. Je trouve personnellement que c’est ce qui fait, en partie, le charme du manga mais je pourrais comprendre que des mordus d’action se sente abandonnés sur ce coup. Les amoureux de romance n’auront pas non plus grand-chose à se mettre sous la dent également mais, là encore, c’est un aspect qui ne m’a pas déranger et que je trouve presque aller de soi après quelques volumes. Natsume fait partie de ces personnages que je ne parviens pas à imaginer en couple …

Je me souviens des premiers chapitres où Natsume clamait qu’il n’arrivait pas à aimer les yôkai avant de déclarer dans le quatrième qu’il aimait les gens chaleureux, peu importe qu’ils soient humains, animaux ou yôkai … je crois que c’est ça qui m’a le plus plu dans Natsume yuujinchou. Quelque part, c’est comme une véritable leçon de vie … Ne juge pas trop vite les choses que tu ne connais pas.

Un manga magnifique …

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site