Kiss Him Not Me

Titre : Kiss Him Not Me
Réalisateur : Hiroshi Ishidori
Scénariste : Michiko Yokote
Studio : Brain’s base
Année de production : 2016
Format : 12 épisodes de 20 minutes environ.
Il s’agit de l’adaptation d’un manga de JUNKO, en cours de publication chez Tonkam.

Résumé : Au lycée, lorsque Kae Serinuma, une fujoshi particulièrement enrobée, se fait remarquée, c’est rarement en bien. Du moins, jusqu’à ce que un anime qu’elle suit tue son personnage préférée. Profondément marquée par cette perte, elle cesse de s’alimenter jusqu’au jour où elle retourne finalement au lycée, totalement transformé. Désormais maigre, elle se voit brusquement courtisé par plusieurs garçons de sa connaissance …

Avis : Disons le tout de suite, je trouve le pitch de départ de Kiss Him particulièrement malsain. Au début de ce manga, on peut dire qu’on a mis la beauté intérieur au rebus puisque ce n’est qu’une fois devenue mince que Serinuma commence à intéresser les garçons. C’est sans doute d’ailleurs pour cela que la plupart des gens regardant la série aimerait qu’elle choisisse Senpai, qui est le seul qui était gentil avec elle avant sa transformation (et d’ailleurs celui qui accepte le mieux sa fujoshi-tude).

Un autre détail qui m’a dérangé dans cet anime, c’est l’impression que les garçons (Senpai mis à part) sont un peu « le yaoi c’est dégueu, mais bon, si la fille qui aime ça est joli, ça passe ». Là-dessus, je préférais largement le traitement d’Otaku Girls où Abe est d’abord dégouté par le Yaoi mais se plonge dans le sujet pour comprendre la fille qu’il aime. Ce n’est pas tant qu’il tolère le yaoi mais plus qu’il essaye de comprendre le genre et ce qui peut attirer Asai là-dedans. Alors qu’Otaku Girls montrait un garçon qui essayait de s’intégrer au monde de la fille qu’il aime, les garçons de Kiss Him semblent simplement le tolérer. D’ailleurs, à part les délires qu’elles se tapent toute seule ou avec ses complices fujoshi, je n’ai pas trouvé la trame « fan de yaoi » si présente que ça.

Bon, à ce niveau-là de la lecture, je suppose que vous êtes en train de vous dire « oula, voilà un anime bien mal aimé ». Et pourtant, pas du tout. En fait, si je voulais vous parler de Kiss Him, ce n’était pas pour en dire du mal. En effet, même si je trouve la série assez gênante sur certaines choses, j’ai malgré tout beaucoup ri en la regardant. Ce serait un mensonge de dire que je me suis revu dans les situations puisque je suis un niveau bien moins élevé que Serinuma en matière de fujoshi, mais j’ai malgré tout souri devant les situations loufoques dans lesquels se retrouvaient les garçons dans l’espoir de pouvoir gagner des points auprès de cette fille qui, de toute façon, préfère les personnages en 2D (ce que je peux comprendre). C’est sans doute triste à dire, mais je pense que le seul moyen pour eux de totalement capter l’attention de l’objet de leur fantasme, ça sera de se mettre en couple avec un garçon … Désolé les garçons, la prochaine fois vous ferez plus attention.

J’ai d’abord eu beaucoup de mal à accrocher aux personnages masculins, pour la simple raison que l’idée que le physique passe en premier dans leur esprit m’a agacé. Toutefois, au fur et à mesure qu’on apprenait à les connaitre (notamment avec le petit épisode auquel chacun a droit), j’ai fini par les apprécier, tous. J’ai notamment trouvé très amusante la relation d’amour/haine de Nana et Shinomiya. En effet, ce sont les deux personnages qui se disputent le plus, dès qu’ils en ont l’occasion, et pourtant ils sont souvent montrés très proches dans certaines scènes (notamment lorsqu’ils complotent après la Saint Valentin ou les quelques fois où l’un des deux est choqués et que c’est l’autre qui le rassure). On dira ce qu’on voudra, pour moi, le véritable couple de la série, c’est vraiment celui-ci !

Plus sérieusement, le personnage pour lequel j’ai eu le plus d’affection, et ce dès le début, a été Senpai. Déjà, il est le seul à ne juger à aucun moment Serinuma, et celui qui la suit le plus facilement dans ses délires. En plus de cela, contrairement aux autres, il n’est pas dans une compétition bête et méchante (sans doute parce qu’il ne ressent pas exactement la même chose pour Serinuma que les autres mais qu’importe). En effet, j’ai trouvé le côté compétition un peu triste, surtout après qu’ils aient compris que Serinuma était attaché à chacun d’eux, et que l’idée d’une relation la terrorisait. Pour moi, Senpai est le seul à mériter l’amour de Serinuma.

C’est un peu triste car j’ai l’impression de ne faire que dire du mal, alors qu’en fait, j’ai bien aimé regardé Kiss Him. Au niveau d’histoire sur la vie amoureuse compliquée des fujoshi, j’avoue avoir largement préféré Otaku Girls, mais en matière de pure comédie, j’ai trouvé cet anime vraiment agréable. J’ai notamment trouvé très intéressante la présence d’une fille dans ce harem. C’est un détail tout bête (surtout face à une fujoshi, qui donc, par nature, ne fait pas très attention au genre de la personne qui la drague) mais c’est vraiment bien pensé et ça apporte un petit plus par rapport à tous les animes harem qu’on nous sort depuis des années. Surtout lorsqu’on réalise que cette fille est sans doute la plus virile de la petite bande, tout en étant très féminine par certains autres aspects.

Autrement, ce que j’ai aimé le plus dans Kiss Him, c’est un peu la même chose que ce que j’avais aimé dans Otaku Girls : voir une fujoshi réussir à avoir une vie au lycéen agréable, avec des amis et des gens avec qui elle peut parler de sa passion. C’est un détail tout bête, mais c’est vrai que pour moi qui ait dû passer ma scolarité à me cacher, et qui le fait encore maintenant, ça fait vraiment envie.

Autre détail, j’ai été ravie d’avoir, enfin dans un anime d’harem inversé, un personnage ayant une véritable personnalité. Je ne sais pas si c’est moi qui ne sait pas les choisir mais, jusqu’à présent, dès que j’avais voulu regarder un harem inversé (pour les beaux gosses, avouons-le.) je m’étais arrêté presque tout de suite tellement le personnage principal m’insupportait. Une amie à qui j’en parlais une fois me disait que c’était pour permettre aux lectrices de s’identifier mais est-ce que quelqu’un c’est un jour vraiment identifié à Toru de Fruits Basket ? Ou à l’autre bécasse de UtaPuri ? Un conseil, généralement, quand les meilleures amies du personnage principal sont plus intéressantes qu’elle, ce n’est pas bon signe ! Merci à Serinuma, donc, je remonter un peu la barre. Même si on a, encore, une jeune fille qui semble ne pas réaliser dans quoi elle est tombée, elle nous donne vraiment envie de la rencontrer. Déjà, elle a une passion, et même plusieurs puisqu’elle est férue d’histoire, et puis surtout, elle n’hésite pas à donner son point de vue sur les choses (et j’ai notamment adoré l’épisode de bataille de fanfiction !)

En résumé, un anime particulièrement amusant mais qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Une approche sympathique des harems inversés avec, enfin, un personnage central ayant une personnalité, un bon point !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site