My Teen Romantic Comedy SNAFU

Titre : My Teen Romantic Comedy SNAFU
Réalisateur : Ai Yoshimura (S1)/Kei Oikawa (S2)
Scénariste : Shōtarō Suga
Studio : Brain’s base (S1)/Feel (S2)
Année de production : 2013 - 2015
Format : Deux saisons de 13 épisodes chacune.
En France, l’anime est diffusé par ADN.
Il s’agit d’une adaptation du Light Novel de Wataru Watari : Yahari Ore no Seishu Love Comedy wa machigatteiru (qui est le titre japonais de l’anime), licencié en France par Ofelbe. Le roman a également été adapté en deux mangas (Yahari Ore no RobuKome wa machigatteiru. Mōgenroku et Yahari Ore no RobuKome wa Machigatteiru. @comic), tous deux inédits en France.

Note : Les mangas de OreGairu étant publié dans un magazine Seinen pour l’un et Shōnen pour l’autre, j’ai décidé de manière totalement arbitraire de le ranger dans les Seinen.

Résumé : Hikigaya Hachiman est un asocial autoproclamé qui porte un regard extrêmement négatif sur les élèves qui l’entourent et sur la vie de lycéen en général. Pour le forcer à s’ouvrir aux autres, son professeur principal le fait rejoindre le club des volontaires, dont la présidente et seule membre est probablement la seule personne ayant aussi peu de lien avec les autres élèves que lui …

Avis : Disons les choses tout de suite, OreGairu est une perle. On rit, on pleure, on vit un peu avec les personnages. Alors que j’ai initialement regardé juste « comme ça », il est devenu, au même titre de Chûnibyou, l’un des animes que je regarde désormais lorsque j’ai un gros coup de cafard.

Au début, on s’attend à une banale comédie romantique, avec un triangle amoureux assez classique. Assez rapidement, on comprend qu’en fait, on a surtout une histoire d’amitié improbable entre deux élèves ayant du mal à se sociabiliser et une jeune fille manquant d’estime de soi. La force de OreGairu, c’est d’être capable de nous faire apprécier des personnages qui, à première vue, serait insupportable car ils étaient ceux qui nous mettaient mal à l’aise lorsque nous étions plus jeune. Que ce soit Yumiko et son comportement de peste ou Hayato qui semble toujours parfait, on découvre que ces gens qui semblent avoir tout pour eux ont également leurs soucis et cela les rend soudainement beaucoup plus humain qu’ils ne le paraissaient.

Mais la plus grande force de cet anime, c’est le personnage d’Hikigaya qui est tout simplement exceptionnel. Avec ses yeux de « poisson mort » et ses raisonnements parfois hallucinants, plus qu’un asocial par choix, comme il semble vouloir nous le faire croire, il est surtout le modèle même du garçon qui se fait facilement ignorer à l’école. C’est d’ailleurs à force de se faire rejeter encore et encore qu’il a fini par développer ce cynisme qui l’empêche désormais de se rapprocher des autres. Ce que je trouve formidable chez lui c’est qu’il a beau dire qu’il ne supporte pas les lycéens, il est finalement prêt à se sacrifier pour les aider. Car, n’ayant pas l’habitude des relations humaines, finalement, la solution à tous les soucis pour lui, c’est de se faire détester. Alors quelque part, malgré ses pensées bizarres et son côté cynique, je pense qu’il est certainement le plus humain des personnages de cette série.

Ce que j’adore dans OreGairu, c’est ce que j’aime dans beaucoup de mes séries favorites. Il s’agit indéniablement d’une comédie et on passe presque tout notre temps à rire. Pourtant, ça n’empêche pas des moments très sérieux et surtout très émouvant. À la manière des derniers épisodes de Chûnibyou qui m’ont particulièrement touché, OreGairu m’a énormément ému. Les personnages vivent et leur monde est comme le nôtre. Parfois, tout va bien et parfois, on a simplement envie de pleurer. Heureusement, dans ces moments où il nous semble que rien ne va, on a toujours nos amis sur lesquels compter. Quelque part, j’ai trouvé très … ridicule, que les gens qui allaient voir le club des volontaires pour avoir de l’aide finissent par être réconforter par leurs amis proches après qu’Hikigaya ait été dur avec eux. Finalement, peut-être que si vous étiez allé voir ces amis dès le début, tout aurait été pour le mieux.

Ce côté sérieux, il est surtout présent dans la seconde saison, et tout particulièrement à la fin. De plus en plus au court des deux saisons, on voit qu’Hikigaya s’implique dans des relations, dans des animations et c’est intéressant de voir comme il a changé et progressé depuis le début. Même si ses pensées sont toujours cyniques, elles sont néanmoins beaucoup moins moralisatrices qu’au début. Dans ses relations avec Yui et Yukino, il me semble même qu’il est plus égoïste, montrant ainsi que quelque chose existe bel et bien entre eux /!\SPOILER/!\ même si leur groupe est un peu éclaté durant cette saison. /!\SPOILER END/!\

Le dernier épisode est probablement le plus touchant, en particulier parce qu’il vient après l’un des plus légers de la saison qui s’était terminé très sérieusement. /!\SPOILER/!\ C’est toujours difficile quand un groupe voit sa fin arrivée. Ici, même si on n’a pas le choix final des personnages, on comprend que les choses sont amenées à changer entre eux, parce qu’ils ont chacun grandi et ne sont plus exactement les mêmes qu’avant, mais aussi parce qu’ils ont des désirs en contradiction avec le fait de rester toujours ensemble. /!\SPOILER END/!\

En bref, il est inutile d’épiloguer plus longtemps sur le sujet. OreGairu est un anime pour tous les amateurs de slice of life, de comédie et de ceux qui veulent quelque chose de différent. En fait, OreGairu est pour tous ceux qui ont un jour été jeune et qui ont parfois adoré et parfois regretté. OreGairu est un anime à ne pas manquer.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site