High School Fleet

Titre : High School Fleet
Réalisateur : Yū Nobuta
Scénariste : Reiko Yoshida
Studio : Production IMS
Année de production : 2016
Format : Une saison de 12 épisodes.
En France, l’anime est diffusé par Wakanim.
L’anime a donné lieu à une adaptation en manga par Kanari Abe (inédit en France).

Résumé : « Dans la mer nous vivons, la mer nous protégeons, par la mer nous allons », tel est la devise des Blue mermaid, une institution entièrement composée de femmes dont la mission est de protéger la mer depuis que le Japon a vu disparaitre dans l’océan une grande partie de ses terres.
Misaki Akeno a toujours rêvé de devenir une Blue Mermaid, et pour cela elle rejoint le prestigieux lycée Yokosuka, chargé de former les jeunes filles dans ce but. Pour elle, c’est aujourd’hui le grand jour et cette rentrée promet d’être mouvementée. Après avoir été désigné pour être commandante du vaisseau Harekaze, voilà que son navire et son équipage se fait brutalement attaquer lors d’un exercice …

Avis : (Dès maintenant, et pour le reste de la critique, j’appellerais cet anime Hai Furi, plus court et plus pratique, sans compter que c’est le titre qui avait été donné au début par le studio donc je m’y suis habitué.)

Pour moi, Hai Furi a indéniablement été la bonne surprise de la saison. L’anime dont je n’attendais rien de particulier au début mais qui est finalement devenu le moment que j’attendais avec impatience dans la semaine.

Pourtant, ce n’était pas gagné. Je m’attendais, certes, à quelque chose de sympathique mais plus dans le genre d’un A Channel. Du moe sur l’eau quoi. Quelle surprise, donc, lorsque j’ai vu arrivé cette fin d’épisode un où les canons ont retenti de tous les côtés. Hai Furi est passé dans ma tête de petit slice of life moe à un anime d’action passionnant. Ce petit groupe de filles se sont vites révélées, non seulement attachantes mais également courageuses et déterminées. Même lorsque tout le monde les recherchaient pour mutinerie, elles n’ont jamais vraiment perdu espoir, vengeant ainsi toutes les héroïnes de shōjo mièvre qui attendent d’être sauvé.

Honnêtement, je serais incapable de vous ressortir le nom de tout l’équipage. J’ai bien retenu les membres de la passerelle, très présent, mais à part eux, je n’ai pas vraiment fait attention, sans compter que certains ne sont jamais vraiment mis en avant. Pourtant, chacune des filles, à sa manière, est attachante, même si j’ai un petit faible pour la chef artilleuse (Mei) et sa comparse (Tama) ou pour la chef machine (Maron). Mei et Tama, qui ne se quittent jamais, sont tellement différentes que je trouvais amusant qu’elles soient aussi proches. J’ai fini par voir que cet anime était remplis d’illustration du proverbe « les contraires s’attirent » mais c’est vraiment Mei et Tama que j’ai trouvé les plus amusantes parmi tous ces « couples ». J’ai surtout aimé le fait que, même si Tama n’est pas aussi enflammé que Mei, elle est finalement toujours d’accord avec elle et sans doute aussi motivée. Quant à Maron, j’ai juste adoré sa personnalité. C’est le genre de personne qui, quand elle dit quelque chose, va jusqu’au bout et n’hésite pas à s’imposer. Le fait qu’elle soit la plus petite de l’équipe rend son caractère explosif, et le fait qu’elle se fasse souvent écouter sans trop de commentaire, encore plus frappant. Même si j’aime beaucoup Misaki, ce sont vraiment ces trois personnages-ci que j’ai le plus apprécié.

Je crois l’avoir déjà dit, lorsque j’étais plus jeune, c’est la licence Gundam qui m’a fait apprécier pour la première fois les combats spatiaux, dont je suis devenu très friand depuis. Et bien  je pense que Hai Furi pourra bientôt se vanté d’avoir fait de même avec les combats maritimes. J’ai beau avoir une véritable attirance pour l’eau et les bateaux, mais les animes sur le sujet ne m’avaient encore jamais vraiment fait envie. Lorsque j’ai essayé Hai Furi, je ne pensais pas vraiment que mon avis allait changer. Pourtant, les combats entre le Harekaze et les autres bateaux m’ont réellement passionné. L’animation était fluide et rendait l’action vraiment intéressante à suivre. J’attendais chaque nouvelle bataille avec impatience, pressé de voir de quelle façon le Harekaze allait bien pouvoir s’en sortir cette fois-ci. Les quelques épisodes où ils ont été mis quasiment dos au mur par leurs adversaires étaient sans doute mes préférés. Même si je m’inquiétais pour l’équipage du Harekaze, j’adorais voir quel moyen ces jeunes filles allaient inventer pour minimiser les dégâts.

Mais si vous n’aimez pas l’action, ne vous inquiétez pas, vous pouvez quand même regarder Hai Furi sans risquer une indigestion de batailles navales ! En effet, Hai Furi a été présenté comme un Slice of life, à la base, et n’a pas trahi ses promesses. Malgré les affrontements récurant, une grande partie de l’anime est également consacrée à la vie des lycéennes sur un bateau. Là-dessus, toute la partie où le Harekaze est persona non grata dans les ports est très intéressante puisqu’on voit les jeunes filles se débrouiller malgré toutes les restrictions (notamment la terrible pénurie du papier toilette !).

Évidemment, Hai Furi n’est pas parfait. Tout d’abord, il y a le format. Pendant longtemps, on ne savait pas combien d’épisodes feraient l’anime et sans doute que les réalisateurs avaient au départ prévu de la faire durer un peu plus longtemps car on sent une accélération de l’action vers l’épisode 5, comme si on leur avait dit « bon, faudra bien boucler à un moment … ». En si peu d’épisodes, il était évident qu’il y aurait certaines facilités scénaristiques pour terminer à temps, un peu dommageable /!\SPOILER/!\, oui, je pense notamment à l’infirmière qui est, comme par hasard, un génie qui, jusqu’à présent, avait refusé de participer aux exercices en mer … /!\SPOILER END/!\ Certaines choses sont également un peu déstabilisante /!\SPOILER/!\ Sérieusement ? Des hamsters ? Toute cette agitation à cause de hamster ? Vilain Hamtaro va … /!\SPOILER END/!\. Mais malgré ces petits points faibles, Hai Furi reste vraiment sympathique à regarder.

Et si je n’ai pas réussi à vous convaincre jusque-là, je finirais simplement en disant que l’opening de cet anime a indéniablement été mon opening préféré de la saison. Je ne pense pas qu’ils auraient pu faire mieux pour cet anime. J’ai juste regretté que sa présence lors de /!\SPOILER/!\ l’assaut final du dernier épisode /!\SPOILER END/!\ soit un peu trop présent. Il est absolument parfait lors des passages sans dialogues mais dès qu’il y a un dialogue, il rend difficile la compréhension, car il est presque au même niveau que les voix des personnages. Mais il reste vraiment génial pendant les phases silencieuses.

En bref, un anime que je recommande vivement et qui prouve, une fois de plus, qu’on ne doit pas juger un livre à sa couverture !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site